La 6G déjà à l’ordre du jour ?

Afficher Masquer l’index

Si la 5G n’est entrée que depuis un petit moment sur le marché, la 6G est déjà en phase de test. Les grandes entreprises dans le domaine veulent rapidement améliorer la qualité de la technologie de communication mobile. Keysight Technologie et LG s’associent pour mettre en œuvre les différents bancs d’essai et bancs de test de ce réseau utilisant le débit du térabit.

Le réseau de la prochaine génération déjà en cours

Pour les entreprises de la technologie actuelle, la course à la 6G est déjà lancée sur le marché du high-tech. En Europe, la 5G est encore en cours de déploiement, et est encore en cours d’expansion. Mais cela n’empêche pas les grands adeptes de se lancer dans la conception même du réseau mobile de la prochaine génération : la 6G. Il faut environ 10 ans pour qu’un réseau mobile soit testé et approuvé, avant d’être mis en déploiement. La 5 G a mis 8 ans à le faire. La date de déploiement prévue pour ce réseau futur se situerait entre 2028 et 2030 si les recherches sont menées à bien.

Il est d’ailleurs à noter que des démonstrations sur ce réseau ont été faites en Corée au cours en fin décembre. C’est ce qui a suscité l’intérêt de nombreuses entreprises high-tech à participer à la course.

Des recherches approfondies pour le réseau de la prochaine génération

Les grandes entreprises, notamment Keysight et LG, mettent en œuvres des recherches très approfondies qui peuvent rapidement porter ses fruits.

Une largeur de bande puissante jusqu’à 10 Ghz pour les recherches

Un banc d’essai de R&D 6G sub-Thz va générer des signaux d’une largeur de bande allant jusqu’à 10 Ghz, sur la bande D et sur la bande G. Cette grandeur va ainsi permettre aux entreprises de mener leur recherche jusqu’à atteindre les bandes de fréquences de sub-Thz. Le but est notamment de tester les bandes, la largeur des bandes, ainsi que les nombreuses formes d’ondes. Grâce à ce banc d’essai, il est donc possible de connaitre les ondes et les canaux qui peuvent être exploités avec le réseau futur 6G.

Un banc de test avec une magnitude de vecteur d’erreur résiduelle

Le banc de test de Keysight propose une magnitude de vecteur d’erreur résiduelle ou EVM. Ceci est utilisé pour connaitre la performance des systèmes, les émissions et réceptions d’ondes, ainsi que les composants qui seront compatibles avec la sub-Thz. La transmission des données de la 6G doit se faire à Très-Haut-débit, sur une courte portée. Une bande passante de plus de 100 Ghz sera donc requise pour son application.

Des bancs d’essai avec des dispositifs de haut-niveau

Un générateur de formes d’ondes arbitraires multivoies de la série M8195A va permettre de faire l’analyse des signaux de la fréquence de ce réseau. Le logiciel PathWave se chargera de donner tous les détails utiles concernant la variation des signaux, avec la cadence d’échantillonnage de 65 Gech/s du générateur.
Ce même générateur permet d’analyser, d’élever et d’abaisser les différents signaux afin d’en faire les études. Les signaux IF modulés qu’il délivre vont être soumis à l’oscillateur pour des conversions intenses.

La conception et l’analyse des composants de la 6G sont donc déjà en cours. Il lui faudra encore quelques années avant d’être opérationnel et être mis en déploiement. Toutefois, avec l’avancée de la technologie actuelle, il se peut que ce réseau de la prochaine génération mette moins de temps à arriver. Les matériaux utilisés proposent déjà des informations très explicites, permettant aux chercheurs d’approfondir de plus en plus les analyses, et cela plus rapidement.

Réagissez à cet article