Vers un taxi volant autonome signé Airbus ?

News

Avec le projet d’Airbus baptisé « Vahana », le taxi volant de Korben Dallas dans le film Cinquième Élément de Luc Besson deviendra réalité dans les prochaines années ! Après un essai de vol réussi en janvier 2018, l’Aéronef à décollage et atterrissage verticaux (Adav) du constructeur aéronautique européen vient d’être dévoilé au grand public. Il s’agit d’un moyen de transport entièrement autonome conçu pour transporter une personne, dont l’usage commercial est prévu en 2020. Pour le moment, nous ne disposons que de quelques informations techniques sur cet appareil.

Taxi volant d’Airbus : le projet se confirme

Récemment, l’équipe d’Airbus chargée du projet « Vahana » a publié un billet dévoilant l’intérieur du cockpit de l’Adav. De prime abord, il s’agit d’un monoplace, dont l’intérieur est composé d’un simple écran destiné à l’affichage des informations de vol.

Une photo de l’appareil vu de l’extérieur a été également postée, mais on ne peut pas encore savoir comment le passager va monter à bord. Aux dernières nouvelles, l’engin pourrait être équipé d’une plateforme ou d’un escalier pour faciliter l’embarcation, mais cela dépendra encore de la configuration du vertiport (lieu de décollage).

Des essais en vol réussis

Le développement du projet Vahana ne date pas d’hier. En effet, celui-ci est en gestation depuis des années et Airbus avait déjà même annoncé son intention de procéder aux essais de vol vers la fin de l’année de 2017. Malheureusement, tout ne s’était pas déroulé comme prévu et la firme était obligée de les repousser au début de l’année suivante.

Le premier essai a donc eu lieu fin janvier 2018, à 8h52 à Pendleton, dans l’État de l’Oregon, puis un autre le lendemain. Contrairement à nos attentes, l’avion a volé à une hauteur de 5 mètres pendant 53 secondes avant d’atterrir en toute sécurité.

Un cockpit presque… dépouillé

Après un baptême de l’air réussi en 2018 et un vol complet cette année, le prototype est « mis à nu » dans un billet publié par l’équipe d’Airbus. Une fois embarqué dans l’avion, le passager bénéficie d’une vue imprenable sur l’horizon. Il n’y a aucun instrument ni de commandes de pilotage dans le cockpit, ce qui ne nécessite donc aucune connaissance de pilotage pour monter à bord de l’appareil.

Vu de l’extérieur, le monoplace à pilotage autonome est doté de huit rotors électriques basculants ainsi que d’une caméra et de divers capteurs (radars, Lidar) permettant de détecter et d’éviter des obstacles en vol. Avec un poids de 745 kg au décollage, cet engin révolutionnaire mesure 6,2 mètres d’envergure pour 2,8 mètres de haut et 5,7 mètres de long. Selon le constructeur, tous ces détails techniques sont encore provisoires et susceptibles d’évoluer au fur et à mesure.

Un projet ambitieux, des contraintes à surmonter

Depuis 2018 jusqu’à maintenant, l’Adav d’Airbus a enregistré une cinquantaine de vols tests dans l’Oregon. Bien que le constructeur aéronautique européen envisage le déploiement d’une version finalisée vers 2020, l’appareil est loin d’être prêt pour un usage commercial puisqu’il n’a même pas encore réussi à rester dans les airs pendant plus d’une minute, de quoi inquiéter les futurs passagers…

En plus de ce problème de temps de vol, d’autres contraintes doivent être prises en compte. En effet, le taxi volant ne pourra pas embarquer un passager humain sans avoir obtenu les certifications adéquates auprès des pays où il sera mis en service. Compte tenu de ces circonstances, il faudra patienter pendant un certain moment pour pouvoir espérer apercevoir des taxis survolés nos villes.

Notons pour finir qu’Airbus n’est pas le seul à s’intéresser aux moyens de transport volants. Le géant du VTC Uber, en partenariat avec Bell, développe également un prototype du genre. À l’international, plusieurs concepts ont vu le jour ces dernières années tels que l’avion électrique ou l’avion hypersonique, mais seul l’avenir nous dira lequel passera de la fiction à la réalité !

Photos: pmdstatic.net, rtl.fr

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *