science fiction

La science-fiction peut-elle inspirer l’industrie du High-tech ?

Hi-Tech

La science-fiction peut-elle inspirer l’industrie du High-tech ?

La science-fiction est considérée comme un outil intellectuel amenant une personne à se projeter dans un monde virtuel. Ce monde est à la fois possible et chimérique, mais également souhaité pour ses idées technologiques futuristes. Ainsi, la technologie avancée ouvre une fenêtre au monde à venir à travers ses gadgets ultras innovants. Mais le développement du High-tech tient-il son origine de la science-fiction ? Quels sont les dispositifs de haute technologie qui en est issue ?

Comment la science-fiction inspire-t-elle le high-tech ?

Le High Tech c’est un dispositif sophistiqué et innovant utilisé dans la vie quotidienne. De son côté, la littérature et les scénarios de science-fiction projettent l’image du futur, en plein avancement technologique et social. Ces écrits, clichés ou scriptes cinématographiques, issus d’un savoir académique à part entière, sont tellement proches de la réalité qu’ils constituent un repère, voire un objectif, pour orienter les inventions technologiques à venir. Les idées utopiques inspirent les high-tech et la plupart d’entre eux sont d’ores et déjà matérialisés. Le monde futuriste se construit à partir de cette science littéraire, car les experts ressentent l’envie d’élargir les dispositifs intellectuels et matériels disponibles pour le présent.

C’est le cas de la technologie interactive ou HCI en anglais. Les outils et systèmes utilisés actuellement sont issus d’un film sorti en 2002, intitulé Minority Report. Ce scénario a eu un vrai succès et a influencé la création d’interfaces tactiles, notamment les Smartphones, interfaces holographiques et interactives. Entre autres, la série Star Trek a contribué à la conception des tablettes d’aujourd’hui à travers son petit ordinateur appelé PADD ou Personnal Acces Display Devices.

Des inventions biotechnologiques

En réalité, le développement technique et technologique devient le centre d’intérêt des concepteurs de ces fictions. Cette science réussie à élargir les limites du possible dans l’esprit de l’homme en ouvrant droit à des histoires impensables au moment présent, mais qui se concrétisent ultérieurement. C’est ainsi que le livre Cyborg de Martin Caidin en 1972 manifeste pour la première fois l’idée de membres bioniques. En 1993, le livre de poche a contribué à la création de bras bionique comme celui de Robert Campbelle Aird, mais également à des prothèses et rétine artificielle.

Les œuvres d’Atlas Shrugged et d’Ayn Rand en 1957 ont inspiré une pluie de romans et de films fictionnels aux États-Unis qui deviennent par la suite des trajectoires à suivre pour les inventeurs individuels. L’armée américaine a inventé un exosquelette appelé TALOS, en guise de superarmure. Celle-ci décuple la force physique de la personne qui la porte. Certes, Talos n’est nul autre que la version matérialisée d’Iron Man, œuvre de Stan Lee vers les années 1963. Actuellement, l’exosquelette est également utilisé par une enseigne française wandercraft pour permettre à des handicapés de retrouver la marche ou la mobilité qu’elle a perdue.

Interaction entre fiction et high-tech

Chappie

Des chercheurs de HCI se sont réunis avec les auteurs de science-fiction à Melbourne afin d’analyser l’interaction entre l’homme et l’ordinateur. Force est de constater que la science-fiction reflète d’avance les réalités cachées du monde présent. C’est le cas du mouvement Cyberpunk lancé en 1984 décrit dans Neuromancien de William Gibson. Bien qu’Internet et la biotechnologie n’aient pas encore vu le jour, Neuromancien projette déjà le contrôle des réseaux informatiques par des firmes géantes, à partir de biopuce.

Par ailleurs, les automates sont des dispositifs qui se sont de plus en plus intégrés dans l’existence humaine. Les inventions technologiques à ce sujet leur permettent d’effectuer des actions intelligentes, comme les androïdes présents dans les scènes fictionnelles. Cependant, la fiction se penche plutôt dans l’anthropomorphisation des robots, notamment ceux des films :

  • Chappie,
  • Terminator,
  • Transformers.

Ces dispositifs utilisés par la science-fiction ont une apparence quasi humaine et sont appelés personnages anthropomorphiques, ou également « équation média » par les concepteurs cinématographiques.

Seulement, la réalité est loin des êtres bioniques anthropomorphiques. Les inventeurs créent des robots réels accomplissant ses tâches à la perfection au lieu de perfectionner leur apparence humaine.

Images : miro.medium.com ; sciencemag.org

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *