Le mariage entre Numériques et Gamekult

by

C’est officiel. Si Numériques et Gamekult ont œuvré main dans la main depuis longtemps, ils ont convenu cette année 2022 de souder juridiquement leurs relations en créant une joint-venture. Pourquoi ce mariage ? À quoi devront s’attendre les abonnés respectifs ? Qu’en est-il de la ligne éditoriale des deux sites, l’un centré sur le high-tech et l’autre consacré aux jeux vidéos ? Toutes vos réponses dans cet article.

Une fusion est dans l’air

Le public a eu certainement l’occasion de constater que l’équipe des Nums est souvent invitée à rédiger dans les colonnes de Gamekult, et qu’en retour, un journaliste Gamekult est apparu sur le plateau de Numériques (la Quotidienne). Cette coopération se manifeste au-delà du cercle professionnel. La preuve, les employés des deux sites partagent les mêmes espaces de bureaux et se réunissent autour d’une bière lors des after Works. Cette année, leurs relations seront cimentées à travers une joint-venture. Mais qui sont d’abord Gamekult et Numériques ?

Rappel sur Gamekult et Numériques

Gamekult est un site de référence sur les jeux vidéos. Il a vu le jour en 2000 grâce à l’initiative de Kévin Kuipers et de Clément Apap. Cette presse en ligne partage des actualités de l’industrie vidéo-ludique, les jeux cultes du moment, les tests en avant-première, les histoires d’entrepreneurs à succès qui ont percé dans le domaine. Le fait qu’il a atteint le seuil des 12 000 abonnés premium témoigne de sa réputation.
Numériques diffuse, quant à lui, les dernières nouvelles sur le high-tech. Smartphones, tablettes, montres connectées, applications, logiciels, consoles de jeux et bande-annonce de jeux vidéos, etc. Il fait des tests de produits numériques, électroniques et informatiques et recueille les avis d’utilisateurs. C’est la référence du tech.

Pourquoi cette union juridique ?

Gamekult et Numériques ont pris la décision de fusionner pour trois raisons :

Poids contre la concurrence

Le mariage de Numériques et de Gamekult s’appuie sur la conviction qu’en unissant leurs forces, les deux journaux seront mieux préparés pour affronter la concurrence. Ce n’est pas un secret pour personne que la presse du jeu vidéo est un marché en difficulté. Plusieurs agences ont dû fermer leurs portes. D’autres ont fait une levée de fonds auprès du crowdfunding pour survivre. Malgré son affiliation à un grand groupe comme Unify, Gamekult a du mal à se tirer d’affaire après ces deux années de déception commerciale. Si l’abonnement payant, sa première rentrée numéraire, a dépassé les espérances, les gains publicitaires qui constituent sa deuxième rentrée numéraire ont été maigres. La joint-venture va permettre à Gamekult de renflouer ses caisses.

Effet de réputation

La deuxième raison, la plus importante, est la notoriété. En se rapprochant, les deux sites pourront s’affirmer comme étant le premier magazine incontesté de la high tech et du jeu vidéo. L’image de marque en sortira agrandie.

Mutualisation des avantages

Le site de jeux vidéos pourra garder et développer sa ligne éditoriale en étant garanti par la solidité financière de Numériques. Le premier site français de la high tech enrichira les contenus de la rubrique Gaming en s’entourant des maîtres de l’art de Gamekult. L’un comme l’autre sera gagnant de ce partenariat.

Quel impact futur sur les abonnés ?

Concrètement, il n’y a aucun changement notable pour les lecteurs. Bien sûr, la fusion impliquera des aménagements graphiques. Un nouveau logo apparaîtra ensemble sur les deux sites. Mais c’est tout. Le nom de l’URL demeure inchangé. Gamekult restera GK et Numériques restera Numériques. L’indépendance des deux plateformes ne sera pas remise en cause. Elles sont libres dans la gestion de leur ligne éditoriale. Les membres Premium continueront d’accéder à leurs contenus favoris aux mêmes tarifs qu’auparavant.

Vous pouvez nous suivre sur :

Laisser un commentaire